Statuer sur les orientations : quels sont les éléments à préciser lorsque l'on statue sur l'orientation du projet?

Revenir à l'étape 1

Télécharger la version pdf

L'orientation du projet

Cette étape vise à statuer avec les partenaires sur les orientations du projet à partir des analyses faites au regard des enjeux de santé et de bien-être prioritaires, des partenariats et des interventions du territoire. Il importe de bien circonscrire l’orientation de votre projet afin que celui-ci soit réaliste et puisse démontrer des petits succès à court et moyen terme. À titre de rappel, voici les éléments habituellement précisés lors de la formulation des orientations d’un projet 

  • Le groupe d’âge (enfant, adolescent, adulte, aîné, 0-100 ans)
  • Le territoire couvert (un sous-territoire ou l’ensemble du territoire);
  • Le déterminant de santé et de bien-être sur lequel il importe d’agir (ex. : habitudes de vie, logement, organisation des services) et /ou le problème de santé et de bien-être préoccupant (ex : maladies chroniques, négligence, immaturité scolaire, défavorisation sociale, etc.).

Cliquer sur ce lien pour des exemples d’orientations poursuivies par certains.

Critères de pertinence et de faisabilité

Voici des critères de pertinence et de faisabilité à prendre en compte avant de statuer définitivement sur l’orientation du projet. Ces critères peuvent également être utilisés pour établir des priorités lorsque plusieurs orientations sont envisagées.

  1. Adéquation entre l’orientation et les besoins de la population : l’orientation permet-elle de répondre à un besoin prioritaire de la population?
  2. Degré d’impact de l’action : est-ce que l’orientation permet d’agir sur les causes du problème?
  3. Faisabilité
    1. Faisabilité politique : Jusqu’à quel point cette orientation est-elle en lien avec les priorités locales, régionales et nationales?
    2. Acceptabilité : est-ce que l’orientation sera acceptée par la population, la communauté et le personnel des organisations engagées dans le projet?
    3. Disponibilité des ressources : possédons-nous ou anticipons-nous posséder les ressources requises (humaines et financières pour mettre le projet en place)?
    4. Disponibilité des connaissances/technologies : les technologies et les connaissances actuelles nous permettent-elles de juger de l’efficacité de l’orientation pour agir sur le problème?
    5. Légalité : Est-ce que cette orientation est conforme aux lois et aux règlements?
  4. Justice/Éthique : l’orientation permettra-elle une distribution juste des bénéfices et des risques? Cible-t-elle les populations plus vulnérables?
  5. Globalité : L’action cible-t-elle plusieurs déterminants ou facteurs de risque?

En somme, cette étape est déterminante pour l’élaboration du plan.

Références

RISI, C. (2008), Renaud, L. et Lafontaine, G. (2011). Guide pratique : Intervenir en promotion de la santé à l’aide de l’approche écologique, Édition Partage, Réseau francophone international pour la promotion de la santé, Montréal, Canada.